Le  俳句 est un poème japonais  extrêmement bref qui utilise le langage sensoriel pour capturer une émotion ou une image. Il célèbre l’évanescence des choses et les sensations qu’elle suscite. Le haïku s’inspire souvent de la nature, d’un moment de beauté ou d’une expérience poignante. Il est conçu pour donner au lecteur une idée brève du sujet en passant par ses sens, par le biais de son odeur, de son toucher, de ses sons, de son goût et de son apparence.

 Quand j’ai arrêté mes pas

Des libellules sont venues et ont rempli

L’air autour de moi.

Matsuyama Teitoku ( 1571-1653 )

Calligraphié traditionnellement sur une seule ligne verticale au Japon, sa forme occidentale doit tenir sur trois lignes.

 Le 俳句 contient dix-sept syllabes et suit une forme stricte avec une structure syllabique de 5-7-5. Le haïku ne doit pas forcément rimer ou suivre un certain rythme du moment qu’il adhère au nombre de syllabes obligatoires.

 

Un bon  俳句 a une fin intrigante et laisse du suspense afin de laisser le lecteur avec une dernière image surprenante, ou l’amène à réfléchir aux deux lignes précédentes d’une manière surprenante .

Tout ce que je touche

avec tendresse hélas

pique comme des ronces

Kobayashi Issa (1571-1653)